vendredi, 15 mai 2020 21:21

Processus de fabrication du sucre à la fin du XIXe siècle (La création d'énergie)

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Extrait résumé de la " Publication industrielle des machines, outils et appareils les plus perfectionnés et les plus récents employés dans les différentes branches de l'industrie française et étrangère "par Armangaud aîné. Source gallica.bnf.fr (BNF)

Le rédacteur du site ne peut être tenu responsable de la terminologie et du vocabulaire employés dans ces extraits

"La fabrication du sucre de canne s’est sensiblement modifiée depuis quelques années  Des constructeurs habiles ont su apporter dans l’instal­lation des appareils qu’ils y appliquent, des améliorations notables qui ont permis d’obtenir un plus grand rendement, tout en diminuant la main-d’œuvre."

La création d'énergie.

"La machine à vapeur qui est de la force nominale de 16 chevaux, mais pouvant faire aisément 20 chevaux, est du système horizontal à haute pression, avec détente variable, comme on le fait le plus généralement aujourd’hui. Cette disposition, (...) est plus économique de construction, plus facile à conduire, et exige beaucoup moins de fondation que celle des ma­chines à balancier. Elle se prête d’ailleurs aisément à la transmission de mouvement, à la surveillance et aux réparations(...)"

 

 

Machine à vapeur horizontale, site de Soulou

"(...)Placée à l’extrémité du bâtiment de la fabrique, elle est alimentée par deux générateurs à bouilleurs B, d’une capacité suffisante pour produire non-seulement la quantité de vapeur nécessaire à la puissance du moteur, mais encore celle qui doit servir à chauffer les chaudières de défécation, et les chaudières de cuite. Aussi les constructeurs ont donné, à chacun de ces générateurs, 9 mètres de longueur et une surface de chauffe d’environ 30 à 32 mètres carrés, ce qui correspond en somme à une force utile de plus de 60 chevaux"

Chaudières à bouilleurs BRISSONNEAU (Site de Miréréni)

"(...)A côté du moteur principal, les constructeurs ont appliqué un petit cheval  qui, d’une part, actionne le piston d’une pompe hydraulique destinée à remplir les générateurs lorsque la grosse machine ne fonc­tionne pas, et, de l’autre, un arbre en fer a qui, à l’aide de poulies à plusieurs diamètres, commande un tour à pointes ou à chariot , placé dans un petit atelier d’ajusteur où travaille le mécanicien chargé des réparations (...)"

 

Moteur compact dit "petit cheval" (Site de Miréréni)

 

 

"(...)Les cylindres à écraser la canne doivent tourner très- lentement, et que, par suite, on est obligé de réduire notablement la vitesse de rotation transmise par la machine. A cet effet, le pignon  engrène avec une roue droite , dont l’axe porte un autre pignon qui, à son tour, engrène avec une seconde roue semblable , destinée à actionner les cylindres (...)"

Platine de réduction (Site de Soulou)

"(...) Mais, comme l’effort est souvent très-variable, parce que les nègres, chargés d’alimenter le moulin; n’introduisent pas la canne d’une ma­nière régulière sous la table des rouleaux, les constructeurs ont eu le soin de faire l’arbre qui porte la dernière roue  en deux pièces qu’ils réunissent par deux paires de manchons d’accouplement , absolument comme dans les transmissions de mouvement des laminoirs à fer. Cet assemblage est combiné de telle sorte que, lorsque la résistance devient trop considérable, la rupture d’un manchon ou du bout d’arbre qui le porte, a lieu, sans occasionner d’accident sur les autres parties de la machine ou du moulin, condition essentielle pour ne pas être arrêté , dans le travail autrement que par le remplacement d'une pièce."

 

Manchon d'accouplement (Site d'Hajangua)

 

 

  

Lu 290 fois Dernière modification le vendredi, 15 mai 2020 21:32