Patrimoine industriel de Mayotte - Archives les derniers posts
mercredi, 05 août 2020 07:10

Andrew et William Smith, site de Mirereni (Mayotte)

Écrit par

turbines_a_et_w_smith_glasgow__20140627_2059283197

turb_20140627_1365744805

En 1837, les frères Andrew et William Smith, mécaniciens de chantier, ont conclu un partenariat en tant qu'ingénieurs agricoles et généraux à Paisley, Renfrewshire, en Écosse, sous le nom de   A & W Smith & Co , mécaniciens de chantier et ingénieurs de machines. Leur première machine était une sucrerie à vapeur de 16 pouces x 30 pouces pour Tobago, aux Antilles. En 1855, l'entreprise a déménagé à l'Eglinton Engine Works à Tradeston, Glasgow, Écosse, et a commencé à se spécialiser dans la fabrication de machines à sucre, après avoir été introduite dans l'industrie sucrière par W & A McOnie, ingénieurs, Glasgow, qui avait sous-traité à eux la fabrication de sucreries à bétail. En 1896, ils sont devenus une société anonyme,   A & W Smith & Co Ltd, et le premier président était John Wilson, député. En plus de produire des machines à sucre, l'entreprise a également produit des ponts et des charpentes métalliques pour les hangars et les bâtiments de locomotives. Les wagons de chemin de fer et les ponts bascules étaient également une spécialité et, en 1869, l'entreprise produisit sa première locomotive-citerne pour Robson Maynard & Co, charbonniers, Middlesborough, Angleterre.

AetWsmith

Au XXe siècle, l'entre-deux-guerres a vu l'industrie de la machine à sucre lutter dans la dépression générale de l'économie mondiale. La plupart des zones de production de sucre étaient équipées de machines relativement nouvelles avec une longue espérance de vie, de sorte que la demande stable de sucre signifiait peu de travail pour les constructeurs de machines. La plupart des entreprises de l'ouest de l'Écosse ont survécu, mais uniquement grâce à la diversification. A & W Smith & Co Ltd, par exemple, a racheté l'entreprise de marteaux mécaniques de   RG Ross & Sons Ltd au début des années 1930, a fabriqué des avions Loudon pour la Russie et a obtenu une licence de sablier pour une utilisation en fonderie. En 1953, la société a été acquise par Tate & Lyle Ltd, raffineurs de sucre, Londres, Angleterre.

Les années 1950 et 1960 ont vu un effondrement de l'industrie avec A & W Smith & Co Ltd acquérant la bonne volonté de la plupart de ses anciens rivaux. En 1967, ils ont acquis   The Mirrlees Watson Co Ltd , et ont ensuite échangé sous le nom de   Smith Mirrlees . Smith Mirrlees a été acquis en 1988 par   Fletcher & Stewart Ltd , fabricants de machines à sucre, Derby, Angleterre. Ils ont cessé leurs activités aux Eglinton Works à la fin des années 1980. En 2002, A & W Smith & Co Ltd était une filiale non commerciale de United Molasses, elle-même filiale de Tate & Lyle plc. L'entreprise était le dernier fabricant de machines à sucre en Écosse.

Source: Michael Moss et John Hume, Workshop of the British Empire: Engineering and Shipbuilding in the West of Scotland (Londres, 1977)

Turbines
Turbines
Turbines
Turbines
Tamis
Tamis
Couronne de turbine
Couronne de turbine
Turbines
Turbines
Turbines
Turbines
Turbines
Turbines
Turbines
Turbines
Turbines A et W SMITH (Glasgow, 1868)
Turbines A et W SMITH (Glasgow, 1868)
Turbines
Turbines

jeudi, 04 décembre 2014 10:16

Brissonneau & Lotz

Écrit par

Brissonneau & Lotz Historique


En 1837, Etienne Lotz (1818-) et Paul-Henri Renaud (1818-) fondent une entreprise de mécanique qui connaît rapidement un beau succès. En 1849, ils sont les premiers dans l’Ouest à fabriquer des locomotives et deviennent les principaux fabricants de machines à vapeur agricoles.
En 1841 : Mathurin (1814-1897) et Joseph (1817-1900) Brissonneau créent l’entreprise de construction mécanique Brissonneau à Nantes, rue du Chapeau Rouge. Ces deux fous de mécaniques, originaires du Pellerin travaillent à l’époque pour l’industrie sucrière et la construction navale. Ils améliorent notamment la machine de Wetzel.

 

Lire la suite sur le site http://fccdf.free.fr/

mercredi, 06 août 2014 00:00

Repères historiques

Écrit par

 

1) Reperes historiques

ILE DE LA REUNION

  • Ÿ 1785 Laisné de Beaulieu construisit une première sucrerie à Saint-Benoît, mais l’essai resta sans lendemain car l’édifice fut détruit par un " coup de vent " en 1788.
  • Ÿ 1804 perte par la France du grenier à sucre qu’était Saint-Domingue,
  • Ÿ 1810 : La production commence véritablement à la Réunion
  • Ÿ 1815, perte de l’ile de France ( Maurice ) ,
  • Ÿ 1817, Charles Desbassayns, un des fils de la fameuse Madame Desbassayns, équipa son moulin du Chaudron d’une machine à vapeur ; ce faisant, la fabrication du sucre devenait une industrie.
  • Ÿ 1824 mise au point de la batterie dite de “Gimart “ par le sucrier Stanislas-Xavier Gimart (1780-1848).
  • Ÿ 1844 Invention des hydroextrateurs destinés alors aux laveries industrielles et à l’amidonnage ( Penzoldt et Rohlfs )
  • Ÿ 1849 Rachat du brevet des hydro-extaracteurs par Cail Et Syerig et adaptation des appareils pour le clairage des sucres ( l’égouttage du sucre ne dure que 5 minutes au lieu de 15 Jours !!!! ).

 

MAYOTTE :

mercredi, 23 juillet 2014 00:00

Jean-Baptiste LABAT

Écrit par

 

perelabat

Né à Paris en 1663, dominicain de choc, appartient à la légende de la Martinique.

Le père Labat est présent en bien des endroits de la Martinique. A son arrivée, il est affecté à la paroisse de Macouba dont il remet les bâtiments en état.

De 1694 à 1705, le père Labat est ingénieur, bâtisseur, baroudeur et écrivain. Son Nouveau voyage aux Isles de l’Amérique sera un franc succès de librairie. Il est le meilleur et le plus complet des chroniqueurs de l’époque héroïque des Petites Antilles.

Vers 1696, il devient procureur-syndic du Fonds-Saint-Jacques, propriété des dominicains. Il fonde la paroisse du François, où il développe et modernise l’industrie sucrière. Les procédés de fabrication du sucre doivent beaucoup au père Labat.

Introduite en 1654 par les exilés hollandais en provenance du Brésil, la méthode traditionnelle de fabrication du sucre dans les habitations antillaises ne sera pratiquement pas modifiée pendant près de deux siècles. Cette méthode a été décrite avec beaucoup de précision par un moine dominicain, le père Jean-Baptiste Labat, au point qu'elle porte aujourd'hui son nom.

Page 1 sur 4